PSD2 ce qui change pour les entreprises : paiements et suivi en temps réel

Qu’est-ce qui va changer sur la scène bancaire européenne avec l’arrivée de la DSP2 ? C’est simple : tout. Le scénario commercial est plus large, la concurrence est plus cohérente, la remise en circulation des données bancaires permet l’entrée de nouvelles réalités (comme les banques dites challenger) et, finalement, des services plus transversaux et complets arriveront sur le marché, aidant à la fois les entreprises et les particuliers.

En effet, les banques sont obligées d’ouvrir les données de leurs clients à des opérateurs tiers et cet aspect de l’ open banking introduit des scénarios inédits. L’un des cas les plus intéressants pour comprendre ce que la DSP2 change est la possibilité, pour les entreprises italiennes, de connecter toutes les institutions bancaires avec lesquelles elles ont des relations dans un seul logiciel, que la banque soit basée en Italie ou à l’étranger. Il s’agit d’une formidable évolution qui simplifie concrètement la gestion financière des entreprises.

Les fondements de la DSP2 reposent sur le projet SEPA (l’espace unique de paiement en euros), qui avait déjà constitué une avancée en facilitant les paiements transfrontaliers par virements et cartes de paiement. La DSP2 fait évoluer cette stratégie en l’étendant dans toutes les directions. Le contexte général est de faciliter la gestion financière des entreprises, c’est-à-dire de contrôler les flux entrants et sortants de manière pratique avec une seule interface et un seul logiciel qui unifie toutes les connexions bancaires actives, y compris les connexions étrangères.

Les avantages de l’Open Banking dans la gestion de la trésorerie.
Les banques doivent ouvrir leurs serveurs et accorder les données de leurs titulaires de comptes également à des fournisseurs tiers approuvés (TPP). Cela se fait au moyen d’API (Application Programming Interface), qui permettent essentiellement à d’autres logiciels d’accéder directement aux informations que les titulaires de comptes ont donné l’autorisation de partager. Un scénario qui stimulera la concurrence en permettant d’offrir de meilleurs services à moindre coût.

Que va donc changer la DSP2 ? La gestion des succursales basées à l’étranger sera plus facile. Les entreprises pourront disposer d’une gestion de trésorerie avancée et perfectionnée au sein d’un seul logiciel : il n’est plus nécessaire d’intégrer des données provenant de l’extérieur par le biais de courriers électroniques ou de feuilles de calcul. Les entreprises peuvent ainsi disposer d’un véritable contrôle international sur les flux de trésorerie et la gestion bancaire, réduisant ainsi le risque de fraude interne et externe lors du traitement des factures et de l’approbation des paiements.

Que change la DSP2 ? L’ensemble de l’entreprise n’a besoin que d’une seule plateforme.
Tant les entreprises individuelles que les groupes voient des avantages significatifs dans l’entrée en vigueur de la PSD2. Tout d’abord, les entreprises peuvent suivre leurs flux de trésorerie en temps réel, qu’il s’agisse de banques nationales ou étrangères. Avant l’avènement de la nouvelle directive européenne, les entreprises italiennes devaient soit utiliser le canal traditionnel Swift, avec des coûts inaccessibles pour les petites et moyennes entreprises, soit activer des connexions individuelles pour chaque institution de différentes manières : un système inefficace. L’Open Banking change donc la perspective de la gestion financière : au lieu de penser en termes de bilan, avec tout ce que cela implique en termes de rapidité de décision, les entreprises peuvent garder un œil sur les soldes bancaires de toutes les sociétés d’un groupe en temps réel avec une seule interface. Pouvoir s’appuyer sur un seul logiciel, c’est permettre une approche totalement nouvelle de la gestion financière.

Paiements instantanés et suivi constant.
Que change la DSP2 pour les paiements des entreprises ? Elle ouvre des scénarios de mise en œuvre jusqu’alors impensables. La nouvelle directive européenne, par exemple, permet aux entreprises de payer leurs fournisseurs en temps réel, de surveiller à tout moment les comptes courants et les dépôts dans toutes les banques auxquelles elles sont connectées. Grâce aux API, les entreprises peuvent analyser ces informations 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et pas seulement au début ou à la fin de la journée de travail.

La DSP2, en substance, permettra aux entreprises de connaître à tout moment l’état de leur trésorerie et de leurs flux de trésorerie ; prendre des décisions rapides devient plus facile et, surtout, plus opportun, car les données sont fiables et mises à jour régulièrement. Ce potentiel offre une nouvelle manière, plus complète, d’interpréter la gestion financière.

Vous aimerez aussi...